L’envie est un ressentiment causé par un autre individu possédant quelque chose que l'individu affecté ne possède pas mais qu'il désire. Ceci crée un désir face au bonheur d'autrui.

La jalousie est une émotion secondaire causée par la peur de perdre quelqu'un ou quelque chose. Elle représente des pensées et sentiments négatifs d'insécurité, de peur et d'anxiété concernant cette perte anticipée.

Pour moi, elles sont intimement liées. Elles sont toutes deux des sentiments négatifs, sont souvent liées à l’insécurité, au désir et sont causées le plus souvent par une autre personne. Elles s’aiment et se détestent en même temps, surtout lorsque l’envie d’une personne rencontre la jalousie d’une autre.

PoupeeChiffon

 

(Petite explication pour une lecture plus facile : à chaque fois qu’il y a un saut de ligne et un changement de couleur, le narrateur change. Il y a deux narrateurs. Bonne lecture ^^)

 

« Si tu devais personnifier l’envie, ce serai comment ? »

Mon histoire commence avec cette question. Une amie me l’a posée à l’instant. Je la regarde droit dans les yeux et lui répond :

« Il ou elle serait horrible ! »

Elle réfléchit. Ses yeux se perdent dans le vide. Elle est très intelligente mon amie et très belle aussi. Elle me regarde.

 

Je lui ai posé cette question sans réfléchir. Sa réponse ne m’étonne pas mais je m’attendais à ce qu’elle développe.

« Moi, je la vois en pièces, enfin… un patchwork, l’envie veut et l’envie fait tout pour avoir dans la pensée du moins, c’est différent de la jalousie. »

Je raconte n’importe quoi.

« Enfin je crois… »

 

« Et la jalousie tu la vois aussi ? »

Ma question est sortie toute seule. Mais cela pique ma curiosité, j’ai envie de savoir ce que pense mon amie, elle est si réfléchit, si… je la fixe en attendant ma réponse.

 

Pourquoi me regarde-t-elle comme ça ? Je ne regarde pas mon amie pendant que je parle.

« Je la vois… pauvre, décrépit, asséchée, fatiguée par tant de…de peur. »

Je finis par me retourner vers elle.

« Et arrête de me regarder comme ça, tu me fais peur ! »

Je pars, ça devient trop bizarre.

 

Elle part et me laisse en plan, dans mes pensées. Pourquoi je ne suis pas comme elle, elle est parfaite. Je l’envie tellement. Je voudrai vraiment être comme elle. Je me lève à mon tour et je marche. J’arrive sur une grande place, il y a pas mal de gens. Avec un peu de chance je trouverai quelqu’un que je connais. Mais qui voilà donc !

« Salut ! »

« Salut. »

 

J’ai marché loin pour fuir mon amie. Je n’aime pas la laisser seule, c’est MON amie. Mais en même temps, là, ça devenait trop étrange.

Elle a toujours été comme cela. Toujours à me demander mon avis, à me regarder, à m’observer. J’ai eu de la chance de la trouver quand même. Elle m’admire. C’est à la fois étrange et flatteur. Je veux la garder pour moi, je suis la seule qu’elle puisse admirer non ? Sinon elle ne serait pas rester avec moi. Je dois la garder, je vais la jalouser. Je dois la jalouser.

 

« Tu ne discutais pas avec ton amie ? »

« Si, mais elle est partie, elle m’a dit que je lui faisais peur. »

« Ah ? »

« Oui, je crois que je l’ai regardée avec un peu trop d’insistance… »

Je l’aime bien cette personne mais ce n’est pas comme mon amie. Quand je regarde cette personne, je ne ressens rien, à part une brume de sympathie.

« Tu sais, il y a des gens qui ne supporte pas les regards, même un petit. »

Cette personne n’a pas tort mais je ne pense pas que ce soit ça. Je l’ai toujours regardée mon amie et jamais elle ne m’a rejetée.

 

« Ah tu es là ! »

Je viens d’arriver sur la grande place.

« Je croyais que tu ne voulais plus me voire ! » me dis mon amie.

-Non heu… mais c’est qui ? »

Je me tourne vers la personne à qui mon amie parlait avant mon arrivé.

« Salut moi c’est…

-Moi je suis son amie !

Je ne lui ai pas permis de finir sa phrase, je me fiche de qui c’est.

-Je sais mais…

-Viens on y va !

Je prends mon amie par la main et je la tire loin de cette personne que je ne connais pas.

 

« Tu vas mieux ? »

Mon amie me tient toujours par la main et continue de me tirer comme si sa vie en dépendait.

« Je ne veux plus que tu parles aux autres gens ! »

« Pardon ? »

Je ne comprends pas, pourquoi ? … Elle est si autoritaire, si confiante. J’aimerai avoir sa force de caractère.

« Ils vont devenir tes amis et je ne veux pas, tu es MON amie et c’est TOUT ! »

Elle me regarde avec ses grands yeux toujours en me tenant la main. Elle est douce sa main. Je voudrai tant être comme elle.

 

Elle n’a pas l’aire de riposter. Je veux partir loin, très loin de tous ses gens qui veulent me voler mon amie.

 

* Les voilà, ces deux amies partant loin des autres. Plus tard, bien longtemps après ces évènements et après de longues recherches, nous les retrouvons. L’une accrochée à l’autre comme une moule à son rocher et l’autre la regardant les yeux plein d’étoiles. Deux jeunes femmes se sont transformées en deux femmes l’une desséchée par la jalousie et l’autre vêtue d’un patchwork de tous ce qu’elle envie.

La jalousie et l’envie étaient nées. *

 

Voilou j'espère que les fautes ne sont pas trop présentes. ^^'  Ceci pourrai être qualifié de...préquelle d'une autre histoire que j'écris.

Concerant cette histoire (bien plus longue) ... cela fait bientôt cinq ans que je suis dessus et je n'arrive pas à la finir. Mais cette nouvelle m'aide un peu. Je vous promets que bientôt, de nouveaux sentiments seront personnifiés dans ma tête et donc je pourrai écrire d'autres nouvelles.